Alimentation, santé globale 5 min

Akiko Suwa-Eisenmann, une experte de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition auprès des Nations unies

Économiste de renom, Akiko Suwa-Eisenmann préside désormais le comité directeur du Groupe d'experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition pour les Nations unies. Une distinction qui salue l’expertise et les compétences d’une scientifique INRAE et son engagement dans des instances décisionnaires internationales.

Publié le 18 décembre 2023

epl betting odds
© FAO,Cristiano Minichiello

Mercredi 29 novembre, à Rome, Akiko Suwa-Eisenmann, directrice de recherche INRAE, a été élue présidente du comité directeur du Groupe d'experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (en anglais, High Level Panel of Experts for Food Security and Nutrition, HLPE-FSN) du Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA), dont elle était membre depuis octobre 2021, pour le mandat 2023-2025.

« Alors que nous nous trouvons à la confluence des défis mondiaux, l'urgence de placer la sécurité alimentaire au premier plan des priorités politiques mondiales n'a jamais été aussi critique. Notre responsabilité en tant qu'interface entre la science et la politique mandatée par les Nations unies en matière de sécurité alimentaire et de nutrition n'a jamais été aussi pressante », a expliqué Akiko Suwa-Eisenmann le jour de son élection.

Qu’est-ce qui vous a amenée à siéger au sein du Groupe d'experts sur la sécurité alimentaire et la nutrition pour les Nations unies ?

A. Suwa-Eisenmann : « Mes études puis mon parcours professionnel dans le domaine de l’économie ont été guidés avant tout par mon intérêt pour les politiques économiques.  Depuis de très nombreuses années, je m’intéresse par ailleurs à la sécurité alimentaire globale, et en particulier à l’impact du commerce international sur les ménages et les entreprises des pays du Sud. Au-delà, j’aime transmettre l’état des connaissances de manière accessible aux décideurs, participer au débat public et comprendre ce qui détermine la faisabilité politique des réformes. C’est dans cet esprit que je suis également intervenue dans ma carrière comme consultante pour l’Agence française de développement, la Banque mondiale ou encore le Centre de développement de l’OCDE.
En 2021, j’ai saisi la chance de pouvoir siéger au HLPE-FSN, qui est la seule interface entre science et politique mandatée par les Nations unies sur la sécurité alimentaire, aujourd’hui j’ai l’extrême plaisir d’avoir été élue à la tête du Comité directeur du HLPE-FSN. »

En quoi consistent les travaux du comité directeur et quelles sont vos responsabilités en tant que présidente ?

A. Suwa-Eisenmann : « Le comité directeur du HLPE-FSN prépare, à la demande du Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale, des rapports qui présentent pour les décideurs, l’état de l’art sur une question. La préparation des rapports HLPE suit un processus bien établi, marqué par des consultations à différentes étapes et des relectures par des experts extérieurs. Le comité directeur, pluridisciplinaire, valide chaque étape et endosse le rapport et ses recommandations. Ces dernières sont discutées au sein du CSA dans un processus de convergence politique qui implique les différents membres du CSA, à savoir gouvernements, multilatéraux, secteur privé, secteur civil. Le CSA établit ensuite des directives volontaires, qui constituent une base normative de référence en matière de sécurité alimentaire.
En tant que présidente du Comité directeur, avec le vice-président, Iain Wright (ILRI), nous sommes responsables de la qualité des travaux du HLPE-FSN et le respect de ses valeurs : indépendance, transparence, accessibilité, ouverture à tous par un processus de consultation participative, et arguments fondés sur des preuves obtenues de manière rigoureuse. »

Quelles sont les valeurs et les préoccupations qui animent votre engagement ?

La sécurité alimentaire, une question terriblement actuelle car elle touche à l’environnement, la santé et la géopolitique.

A. Suwa-Eisenmann : « Je suis d’abord une chercheuse et une enseignante, attachée à bien définir les données d’un problème, apprécier la qualité des arguments pour ou contre, dire ce qui fait consensus du point de vue de la recherche, ou ce qui fait débat et pourquoi. Je fais de la recherche en sciences sociales et je sais combien le fonctionnement des sociétés est important mais difficile à appréhender pour un observateur extérieur.

Au HLPE-FSN, nous veillons, en particulier, à donner leur place à toutes les formes de savoir, y compris le savoir traditionnel qui ne se traduit pas en articles de recherche mais peut jouer un rôle important en matière de nutrition et de protection de l’environnement.
Nous souhaitons promouvoir une vision de la sécurité alimentaire fondée sur le respect des droits humains. En effet, la sécurité alimentaire englobe 6 dimensions : la disponibilité, l’accès (les prix), les caractéristiques nutritionnelles et sanitaires (l’utilisation), un approvisionnement constant en période de crise ou de conflit (la stabilité), le respect des conditions environnementales, sociales et économiques qui garantissent la sécurité alimentaire de demain (la durabilité) et le droit, pour les individus et les groupes, de participer aux décisions sur ce qu’ils consomment ou produisent (l’agencéité). »

Le Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition du Comité de la sécurité alimentaire mondiale 
 

Le Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (en anglais, High Level Panel of Experts for food security and nutrition, HLPE-FSN) est l’interface science-politique du Comité de la sécurité alimentaire mondiale des Nations unies.
Le HLPE-FSN vise à faciliter les débats politiques et à éclairer l’élaboration des politiques en fournissant des analyses indépendantes, complètes et fondées sur des données probantes.
Il est composé d’un comité directeur de 15 experts de renommée internationale dans divers domaines liés à la sécurité alimentaire et à la nutrition, d’équipes de projet sélectionnées pour analyser et rendre compte de questions spécifiques et d’un secrétariat, hébergé par l'Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Parmi les experts qui composent le nouveau comité directeur du HLPE-FSN, siège également Marie-Josèphe Amiot-Carlin, directrice de recherche honoraire INRAE en nutrition et santé publique.

 

Mini-CV

  • Parcours professionnel
    2023 : Directrice de recherches INRAE, PSE-École d’économie de Paris
    1993-2002 : Chercheuse associée, unité Delta (CNRS, ENS, EHESS)
    1992-1999 : Chercheuse affiliée, Centre de recherche économique et politique (CEPR), Londres

       2018-2023 : Co-directrice, master Politiques publiques et développement (EHESS-ENS/PSL-ENPC)
       Depuis 2016 : Membre du Réseau européen de développement de la recherche
       Depuis 2013 : Membre du Cercle des économistes

  • Formation
    1992 : Doctorat de sciences économiques, École des hautes études en sciences sociales (Paris)
    1988 : Diplôme de l’Institut d'études politiques de Paris
    1984-1988 : École normale supérieure (Paris).

Catherine Foucaud-ScheunemannRédactrice

Contacts

Akiko Suwa-Eisenmann UMR PSE-Ecole d'économie de Paris (INRAE, CNRS, Ecole des Ponts ParisTech, EHESS, ENS, Univ Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Le centre

Le département

En savoir plus

Société et territoires

Anne-Célia Disdier, maximiser le bien-être de la société

Anne-Célia Disdier, chargée de recherche et laurier Jeune Chercheur 2011, analyse les effets des mesures sanitaires et des réglementations techniques imposées par les pays de l’OCDE, la législation européenne relative aux OGM ou encore les conséquences de différents instruments d’intervention publique. La chercheuse, qui a rejoint depuis le 1er septembre 2011 l’unité mixte de recherche Paris-Jourdan Sciences économiques (PSE), participe au groupe de recherche G-MonD (PSE-École d’économie de Paris) sur l’analyse économique de la mondialisation et du développement.

26 décembre 2019

Alimentation, santé globale

Transitions pour la sécurité alimentaire mondiale : bilan du métaprogramme de recherche GloFoodS

COMMUNIQUE DE PRESSE - Assurer la sécurité alimentaire mondiale, c’est-à-dire nourrir durablement, sainement et équitablement l’ensemble des habitants de la planète dont le nombre avoisinera 10 milliards à l’horizon 2050, est un enjeu crucial. Disponibilité des terres agricoles, conséquences de la malnutrition, accès à l’alimentation en lien avec les problématiques de pauvreté, instabilités des prix sur les marchés et changements globaux sont autant de dimensions impactant cet enjeu. C’est pourquoi de 2014 à 2020, INRAE et le Cirad ont co-piloté le métaprogramme interdisciplinaire GloFoodS pour éclairer les différentes dimensions de la sécurité alimentaire mondiale, en lien avec les changements globaux. Ce dispositif unique, associant des chercheurs d’INRAE et du Cirad et leurs partenaires internationaux, sur une grande diversité de disciplines et d’approches, a permis d’aboutir à des résultats concrets à disposition des acteurs de terrain et des acteurs publics.

10 décembre 2020

Société et territoires

Agrimonde-Terra : un jeu de scénarios pour explorer le futur de la sécurité alimentaire et l’usage des terres

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Face à une population mondiale croissante, aux effets du changement climatique et aux ressources naturelles limitées, il est nécessaire de repenser nos systèmes alimentaires. L’étude prospective Agrimonde-Terra, coordonnée par INRAE et le Cirad, a élaboré plusieurs scénarios d’évolution sur l’usage des terres et la sécurité alimentaire, en portant une attention particulière aux aspects nutritionnels et à la santé, souvent délaissés. Leurs résultats, publiés dans la revue PLOS One le 8 juillet 2020, élargit l’éventail des futurs possibles pour les systèmes alimentaires mondiaux et apportent de nouveaux éléments pour contribuer au débat sur l’utilisation des terres et la sécurité alimentaire.

09 juillet 2020