Bioéconomie 4 min

Deux étoiles de l’Europe pour des projets de recherche en bioéconomie portés par INRAE

Le ministère de l’Enseignement, de la Recherche et l’Innovation remet deux étoiles de l'Europe à des projets coordonnés par INRAE, une distinction qui honore l'engagement européen de chercheurs et chercheuses français. Zelcor, prix spécial du jury, et NoAW, mention science ouverte, sont deux projets s’inscrivant à la croisée de l’économie circulaire et de la bioéconomie pour valoriser les déchets issus de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

Publié le 02 décembre 2021

epl betting odds
© INRAE

Parmi les 12 lauréats des Etoiles de l’Europe récompensés cette année, deux projets portés par INRAE et s’inscrivant dans les champs de recherche sur la bioéconomie avec une attention particulière sur la réduction des déchets dans l’optique d’une économie circulaireL'économie circulaire est un système économique d'échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits, vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien-être des individus (source : Ademe).

Les étoiles de l'Europe, qu'est-ce que c'est  ?

La cérémonie des étoiles de l'Europe est organisée chaque année depuis 2013 par le ministère de de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, l'occasion de se rassembler autour de la recherche et de l'Europe. Elle honore l'engagement européen des chercheurs français. Elle récompense des équipes de chercheurs coordonnées par un porteur de projet français, ayant remporté un appel à projet européen et mené à bien ce projet jusqu’à son terme.

L’évaluation des projets : le jury indépendant se base sur les critères de qualité de la production scientifique, la création de valeur, la dimension sociétale du projet, la pluridisciplinarité et l’interdisciplinarité du projet, la dimension Genre et le nombre de femmes dans le projet, la contribution à la formation des jeunes, et à la création d’emploi, l’ouverture à l’international, le processus de préparation du projet en amont de l'appel, les aspects de science ouverte.

Les étoilés

Prix spécial du jury - Vers des bioraffineries ligno-cellulosiques zéro déchet, valorisant les lignines : Zelcor

Zelcor s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire,  il a pour objectif la conversion de coproduits industriels issus du bois et de la paille en bioproduits à haute valeur ajoutée pour les cosmétiques, l’emballage et la chimie. Les coproduits étudiés sont des résidus riches en lignines générés lors de la production de pâte à papier ou de bioéthanol, ainsi que des humines – matières organiques des sols, insolubles dans les solutions alcalines et acides – dérivées des sucres. Ils ont pour particularité d’être peu solubles et de résister aux traitements courants de transformation de la biomasse. Pour pallier ces obstacles, différents procédés chimiques et biologiques ont été combinés au sein d’un schéma de valorisation en cascade. Il s’appuie sur le développement de filières « insectes » qui convertissent les résidus en chitine, pour la pharmacie, les cosmétiques ou l’emballage, et en protéines pour l’alimentation animale.

Mention science ouverte - Transformer les déchets agricoles en atouts écologiques et économiques : NoAW

L'objectif du projet NoAW ? Trouver des approches innovantes qui s'appuient sur les principes de l'économie circulaire pour réduire et valoriser les déchets générés par les activités des secteurs agricoles et alimentaires. De nouvelles connaissances, approches et outils ont été développés pour transformer les résidus de la production de blé (paille), animales (fumier) ou vinicoles (sarments), en bioplastiques, biofertilisants et biogaz respectueux de l'environnement. Une plate-forme d’interactions et d’échange de connaissances avec tous les acteurs des filières concernées a été mise en place pour guider les activités du projet, depuis la disposition des ressources jusqu’au devenir des produits finis après utilisation, en passant par les différentes étapes des procédés de conversion. Ces échanges ont permis aux produits, services et technologies de répondre au plus près aux besoins des acteurs sociétaux, qu’ils soient industriels, politiques ou citoyens. Membre de l’initiative pilote « Open Research data Pilot » (OpenAIR, H2020), le projet NoAW donne un accès libre à tous ses résultats et données bruts selon les principes FAIR Data (Findable, Accessible, Interoperable and Reusable). Les articles scientifiques et techniques issus du projet sont également en open access.

Le projet DIVA (Dynamiser les chaînes de valeur innovantes Digitech pour l'agroalimentaire, la foresterie et l'environnement) porté par le Pôle de Compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation reçoit aussi un trophée, avec la mention innovation. INRAE salue cette distinction, qui intervient un mois après la signature d’un partenariat entre INRAE et les deux pôles de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation et Valorial pour accélérer l’innovation dans les secteurs agricoles et agroalimentaires. En savoir plus

Des applications concrètes

Zelcor a permis de développer de nouveaux procédés et produits, de l’échelle du laboratoire à l’échelle pilote. Les connaissances pluridisciplinaires générées par le projet ont été transférées vers l’industrie autour de cinq chaînes de valeurs prometteuses. Parmi les principales réalisations figurent la production d’une nouvelle enzyme permettant d’accroître la solubilité des lignines, l’élaboration d’un emballage alimentaire répulsif contre les insectes et de nano-composites entièrement biosourcés, la démonstration du potentiel de dérivés de lignines et d’humines comme actifs cosmétiques (anti-UV, antioxydants) et la conception d’un bioréacteur à termites alimentés par les résidus lignocellulosiques, une innovation qui a contribué au dynamisme de la filière "insecte" et devrait permettre des retombées économiques dans les 5 à 10 ans à venir.

Parmi les résultats concrets de NoAW, on trouve de nombreux prototypes (49), des démonstrations à l’échelle pilote (113) dont trois sont en cours de développement et de commercialisation par des PME. Une des principales avancées est le développement sur une exploitation agricole à Vérone, d’une unité pilote de méthanisation en deux étapes. Elle convertit fumiers, pailles et résidus vinicole en biogaz, pour le secteur automobile ou le réseau de gaz naturel, en digestat fertilisant et en acides gras volatils pour la production intégrée d’un polyester biodégradable en conditions naturelles.

Diversité, ouverture et continuité de la recherche européenne

Le transfert de connaissances et le renforcement du lien entre recherche et formation ont été deux priorités de Zelcor, avec l’implication de doctorants, post-doctorants, ingénieurs et étudiants, jusqu’à la création d’un master européen et la création d’un livre de connaissance électronique en accès libre.  Les activités menées au sein des réseaux thématiques européens depuis 2003 ont permis à la coordinatrice, Stéphanie Baumberger, professeure en chimie verte à AgroParisTech, de mettre en place un consortium de recherche issu de ces collaborations. La dimension européenne du projet a permis d’assurer une complémentarité d’expertises et d’acteurs nécessaire pour garantir un ancrage dans la réalité bioéconomique européenne en s’appuyant sur des bioraffineries en cours de développement. Pour Stéphanie Baumberger, ce trophée récompense l’engagement de son équipe de recherche et de collaboratrices et collaborateurs de longue date dans le développement d’une thématique de recherche fédératrice et source d’innovation.

Qui est Stéphanie Baumberger ?

Stéphanie Baumberger est spécialiste des lignines. Séduite par la complexité et les multiples facettes de ces polymères végétaux, elle cherche à en exploiter toutes les fonctionnalités grâce à une étude approfondie de leur structure et de leurs propriétés. Soucieuse du respect des principes de la chimie verte, elle enseigne à ses élèves ingénieurs et étudiants de Master de nouvelles stratégies de transformation de la biomasse visant à répondre aux enjeux de la bioéconomie.

L’approche multi-acteurs et multidisciplinaire de NoAW, a été développée à l’échelle internationale.  Le projet a associé 32 partenaires académiques et industriels, d’Europe, de Chine et de Taiwan. Le projet est coordonné par Nathalie Gontard, directrice de recherche, qui avait déjà été récompensée par les étoiles de l’Europe en 2015 pour le projet EcoBioCAP. Celui-ci avait alors permis de créer un réseau de partenaires qui a été renforcé pour NoAW. Grâce aux liens établis avec ce réseau de partenaires chinois, un autre projet devrait aboutir dans le cadre d’Horizon Europe. Pour Nathalie Gontard, cette étoile est une reconnaissance et un encouragement à poursuivre nos efforts au-delà de nos frontières.

Qui est Nathalie Gontard ?

Nathalie Gontard est une pionnière dans le monde des emballages. S’inquiétant de l’accumulation de déchets plastiques dans le sol et l’eau, elle conçoit des emballages biodégradables innovants et veut anticiper la totalité de leurs impacts dès leur conception. Inspirée par les pratiques découvertes au cours de ses nombreux voyages, Nathalie voit loin dans l’espace et le temps. Découvrir son portrait

QUELQUES CHIFFRES

 

Zelcor : Zero Waste Ligno-Cellulosic Biorefineries by Integrated Lignin Valorisation
epl betting odds

Projet H2020 n°720303

Coordinatrice : Stéphanie Baumberger, professeure AgroParisTech et directrice d’une équipe de recherche INRAE-AgroParisTech.
Structure porteuse du projet : INRAE

Financement européen : 5 256 993 €
Durée : 2016-2021

Partenaires : 17 (6 structures de recherche, 8 PME et 2 entreprises)
Pour en savoir plus : www.zelcor.eu

epl betting odds

NoAW : No Agricultural waste

epl betting odds

Projet H2020 n°688338

Coordinatrice : Nathalie Gontard, directrice de recherche INRAE

Structure porteuse du projet : INRAE

Financement Européen : 7 816 232 €

Durée : 2016-2021

Partenaires : 16 structures de recherches, 13 PME, 2 entreprises françaises
Pour en savoir plus : https://noaw2020.eu/

Ariane LelahRédactrice

Contacts scientifiques

Nathalie GontardDirectrice de recherche INRAE

Stéphanie BaumbergerProfesseure en chimie verte à AgroParisTech et directrice de recherche INRAE-AgroParisTech

Les centres

Le département

En savoir plus

Agroécologie

Pour une valorisation des exploitations agricoles de petite échelle bioéconomique et agroécologique

L’Académie d’Agriculture de France, la Chambre d’Agriculture de Martinique et l’Inra Antilles-Guyane, en partenariat avec de nombreux acteurs ont réalisé une note d’orientation sur les agricultures ultramarines. Ce document « De l’agroécologie à la bioéconomie : des alternatives pour la modernisation du système agricole et alimentaire des Outre-Mer » s’attache à la valorisation des exploitations agricoles de petite échelle bioéconomiques et agroécologiques afin d’explorer de nouveaux champs d’expansion et de progrès pour les agricultures des Outre-Mer.

19 décembre 2019

Bioéconomie

La méthanisation au service du développement de la bioéconomie

La méthanisation est un processus biologique naturel réalisé par une communauté microbienne diverse. Réalisé au sein de procédés maîtrisés, il peut apporter des solutions aux problématiques actuelles de traitement des déchets et des effluents, tout en contribuant au développement de la bioéconomie, en accord avec les objectifs de développement durable définis par les Nations Unies (SDGs).

03 juillet 2020

Bioéconomie

La méthanisation au coeur des territoires

Transition énergétique oblige, la France s’est dotée d’un objectif ambitieux, celui de consommer, d’ici à 2030, 10 % de gaz renouvelable et sa réalisation passe par le développement des projets de méthanisation*. Source potentielle d’externalités positives, ils ne sont pas sans soulever des controverses qui nécessitent d’être précautionneux dans leur mise en place. Retour sur une pratique en prise avec la société et les territoires.

23 novembre 2021