2 min

MOUS’TEAM : une expérience scientifique et citoyenne pour mieux comprendre le moustique tigre

Alors que la présence du moustique tigre progresse sur l’ensemble du territoire et qu’il est présent en Rhône-Alpes depuis 2012, l’expérience MOUS’TEAM a été lancée officiellement le 8 septembre à Lyon. Il s’agit d’une initiative de science citoyenne, inédite sous cette forme en France métropolitaine. Des volontaires ont installé des pièges pour collecter les moustiques à domicile pendant 3 semaines. Au terme de la collecte fixé au 29 septembre, les scientifiques de l’unité mixte de recherche « Infections virales et pathologie comparée » (1) vont analyser le contenu des pièges. Une restitution des résultats aura lieu au cours du 1er trimestre 2024

Publié le 25 septembre 2023

epl betting odds
© INRAE

Dans le cadre d’un projet d’appui à l’action publique face aux maladies vectorielles financé par la Direction Appui aux Politiques Publique (DAPP) d’INRAE (projet RESEDAPP), dont le but est de dresser une carte du risque vectoriel en région lyonnaise basée sur la collecte de moustiques, la détection d’arbovirus circulants et la mesure du potentiel de transmission des vecteurs locaux, l’expérience MOUS’TEAM fait appel aux sciences citoyennes pour mieux comprendre les moustiques et le moustique-tigre en particulier, dans la métropole du Grand Lyon. L’objectif de cette expérience est double : initier un dialogue entre acteurs des collectivités, scientifiques et citoyens notamment autour des messages de sensibilisation et de prévention pour lutter contre le moustique tigre ; et d’autre part, collecter des données scientifiques pour aider à mieux cartographier la présence et la densité du moustique-tigre notamment dans le centre urbain de Lyon.

Une initiative de sciences citoyenne inédite en métropole

Près de 400 citoyens ont répondu à l’appel MOUS’TEAM et se sont inscrits en juin dernier pour participer à cette initiative co-financée par INRAE et la Métropole de Lyon, et impliquant de nombreux partenaires (2). 100 volontaires ont ensuite été sélectionnés selon plusieurs critères (commune, niveau de nuisance, motivations) pour participer à cette expérience. Lors du lancement, ils ont reçu un piège pondoir (destiné en particulier à attirer et capturer les femelles en recherche d’une zone de ponte), et l’ensemble des consignes pour positionner ces pièges à domicile. Après 3 semaines, les citoyens ramèneront les pièges et les scientifiques commenceront l’analyse de leur contenu, pour établir une carte de densité par espèce dans les communes du Grand Lyon couvertes. Dans le protocole en place, les pièges ne contiennent aucun produit, garantissant ainsi la sécurité des participants.  

Parallèlement, les participants rempliront des questionnaires anthropologiques qui seront analysés par l’agence PHARE, pour aider les chercheurs à mieux appréhender le niveau de connaissance, d’implication et de perception du risque vectoriel des citoyens. Enfin, des visites au domicile des participants complèteront ce dispositif inédit pour prodiguer des conseils personnalisés.

L’analyse de l’ensemble des données se poursuivra jusqu’à la fin 2023, et une réunion publique de restitution se déroulera au cours du 1er trimestre 2024. Ceci constitue une première étape, et d’ores et déjà, les discussions autour d’un élargissement de cette expérience sont engagées.

 

Voir aussi...

Le site de la Métropole lyonnaise : 
https://jeparticipe.grandlyon.com/project/mousteam/presentation/mousteam-tous-concernes-tous-acteurs/ 

Plateforme officielle de ressources sur le moustique tigre en Auvergne-Rhône-Alpes :
https://agirmoustique.fr/

 

(1) Unité mixte de recherche « Infections virales et pathologie comparée » (IVPC) INRAE - Université Claude Bernard Lyon 1 – EPHE-PSL

(2) Le projet MOUS’TEAM est un projet co-financé par INRAE et la Métropole de Lyon, et associant l’EIRAD, l’ARS Rhône-Alpes et l’Agence Phare.

 

Communication Santé animale

Contact scientifique

Dr Vincent RAQUIN Unité mixte de recherche IVPC « Infections virales et pathologie comparée » INRAE-Université Lyon 1-EPHE

Le centre

Le département

En savoir plus

1er Salon International de l’Agriculture pour INRAE - Recherches et solutions pour accompagner les transformations de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement

COMMUNIQUE DE PRESSE - Pour les agricultures du monde, le défi est de nourrir la planète, plus de 9 milliards de personnes en 2050, de réduire l’empreinte environnementale de la production alimentaire et de participer à la lutte contre le changement climatique. 1er organisme au monde spécialisé sur ses trois domaines scientifiques, agriculture, alimentation et environnement, INRAE mène des recherches et conçoit des innovations avec de nombreux partenaires, pour favoriser la transition des agricultures, en France comme à l’international. Du 22 février au 1er mars au Salon International de l’Agriculture à Paris-Expo Porte de Versailles, les chercheurs d’INRAE présenteront les solutions apportées pour répondre à ces défis majeurs pour la planète.

10 février 2020

Société et territoires

Une expérience participative inédite dans la Drôme pour mieux protéger les rivières

COMMUNIQUE DE PRESSE - Après 2 ans de démarches participatives dans la Drôme, il est temps de restituer à tous les fruits du travail citoyen sur la rivière Drôme et ses affluents. Le samedi 13 octobre 2018 à 9h à l’ancien monastère de Sainte Croix (26), le Syndicat Mixte Rivière Drôme et Irstea présentent les résultats des 62 ateliers participatifs qui ont réuni plus de 340 participants différents sur 2 ans. Il s’agit à la fois d’un diagnostic, à dire d’habitants, de l’état de la rivière et de ses usages, mais également de propositions concrètes pour mieux concilier ses usages et sa protection, pour mieux la gérer.

26 mai 2020

Alimentation, santé globale

Julie Reveillaud, lauréate ERC " Starting Grant " 2020

Spécialiste des interactions entre animaux, bactéries et virus, Julie Reveillaud a été sélectionnée pour recevoir la prestigieuse bourse Starting Grant 2020 du Conseil européen de la recherche - ERC. D’un montant de 1,5 million d’euros sur cinq ans, cette dotation lui permettra d’intensifier ses travaux sur les interactions entre les communautés bactériennes, dont la bactérie intracellulaire Wolbachia et ses éléments génétiques mobiles, et les agents pathogènes viraux chez le moustique, dans une perspective de santé publique, à savoir développer des moyens alternatifs de lutte contre les agents pathogènes transmis par les insectes.

03 septembre 2020